Issue des États Généraux de l’Alimentation (EGalim) de 2017, cette loi comporte diverses mesures destinées à s’appliquer à la restauration collective. Elle ne doit entrer en vigueur  progressivement qu’au 1er janvier 2022 mais la Ville 14 , sous l’impulsion de Julien Dusart, premier adjoint délégué à la vie scolaire, a d’ores et déjà pris les devants en décidant de répondre auxdites mesures dès la rentrée de septembre prochain dans ses écoles.

Parmi ces mesures, on trouve ainsi l’interdiction du plastique, la diversification des sources de protéines (avec à titre expérimental, la proposition d’un repas végétarien au moins une fois par semaine), l’utilisation de produits bio, la lutte contre le gaspillage alimentaire, le programme « fruits et lait dans les écoles .La Ville a voulu anticiper cette loi dès la rentrée de septembre. Concrètement, les menus servis aux enfants comporteront ainsi 50 % de produits de saison, de qualité et durables (*) dont 20 % de produits issus de l'agriculture biologique. C'est un acte important en faveur de la santé de nos jeunes et c'est l'aboutissement très concret d'une volonté politique de faire de la transition alimentaire durable une réalité pour tous, même pour les plus jeunes issus de milieu modeste. Et ce d’autant que pour la dixième année consécutive, les tarifs de la restauration scolaire n’augmenteront pas comme l’a voté le conseil municipal lors de sa séance de juin dernier.

Retrouvez ici les menus de la restauration scolaire 

(*) Les signes ou mentions pris en compte concernant la qualité des produits alimentaires ou la préservation de l'environnement sont : le label rouge, l'appellation d'origine, l'indication géographique, la spécialité traditionnelle garantie, la mention "fermier" ou produit de ou à la ferme, la spécialité traditionnelle garantie, le label MSC (Marine Stewardship Council)  qui promeut une pêche durable et lutte contre la surpêche.