Objectif "Zéro phyto"

Pour faire face aux enjeux environnementaux et de santé publique, les communes ont l’interdiction d’utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des leurs espaces publics depuis le 1er janvier 2017. 

On appelle produits phytosanitaires (ou pesticides), les herbicides, les insecticides, les fongicides utilisés pour détruire les plantes, les insectes et les champignons.

Longtemps jugés indispensables, les pesticides sont désormais au centre des préoccupations environnementales. Ces produits se retrouvent actuellement partout dans notre environnement : l’air, l’eau, la terre, les plantes, les animaux dans nos maisons et même dans notre propre corps !

Les conséquences de ces produits sur la santé sont importantes. Les pesticides impactent également fortement l’environnement. En effet, ils ont un spectre de toxicité beaucoup plus large que le laisse entendre leurs appellations : herbicide, insecticide, fongicide. Ce sont en fait des substances qui agissent sur l’ensemble du vivant : bactéries, champignons, plantes, insectes, mammifères etc. 

A titre d’exemple, des désherbants couramment utilisés s’avèrent aussi très toxiques pour les poissons, les batraciens ou des insectes auxiliaires…

L’arrêt de l’utilisation de ces produits par les communes est donc bénéfique pour l’environnement mais aussi pour la santé de tous les habitants.

Habitants : vous aussi adoptez une attitude citoyenne, participez à la démarche !

- En étant plus tolérant envers les herbes spontanées, elles ne sont pas sales ni mauvaises, et elles sont inoffensives pour l’homme et l’environnement

- En désherbant vous-même à la main devant chez vous

- En soutenant votre commune et ses services techniques dans cette démarche…

 

Des espaces verts : une vie en rose !

Dans le cadre de sa démarche volontariste dans le domaine du développement durable, la ville s’est fixée comme axe prioritaire l’application d’une gestion différenciée des espaces verts municipaux
Progressivement, la composante écologique est intégrée dans les espaces verts et fleuris de la commune.

 

 

Au cœur d’une démarche collective et participative

Afin que chacun d’entre nous et les générations futures puissions répondre aux besoins élémentaires et vitaux, il est primordial de préserver nos ressources naturelles telles que l’eau, l’air et les sols mais également de respecter les équilibres  naturels de la faune et de la flore locales.

Ces mesures constituent le terreau d’un programme ambitieux et responsable de gestion différenciée mise en place par la ville depuis quelques années maintenant.

 

 

Une charte à objectif zéro pesticide

En 2009, la ville a signé la charte d’entretien des espaces publics pour la préservation de la ressource en eau et des milieux aquatiques développée par l’Agence de l’Eau Artois-Picardie et le conseil Régional.
Cette charte vise à faire évoluer les pratiques d’entretien des espaces verts en réduisant les produits phytosanitaires au profit d’autres techniques de désherbage non chimique.

La ville a réalisé avec l’aide de la Fredon (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) un plan de désherbage qui lui permet de déterminer des zones à risque de transfert des produits phytosanitaires dans l’eau.
En ville, quel que soit le désherbant chimique appliqué sur une surface imperméable (trottoirs, pavés, ….) ou sur des surfaces à proximité d’un caniveau, il va facilement être transféré par ruissellement vers l’eau, le milieu naturel …
Or l’eau est présente à Aulnoy avec la Rhônelle, les plans d’eau aux Nymphéas. Les services techniques municipaux ont alors fait évoluer leurs pratiques. Ils utilisent désormais davantage de techniques plus respectueuses de la santé de l’homme et de l’environnement, comme le désherbeur  thermique, le mulch des massifs, le fauchage ou l’installation des plantes couvre-sols.

Le parc aquatique des Nymphéas est un site entretenu sans aucun produit phytosanitaire.

 

 

De la rénovation des bâtiments à la dématérialisation du fonctionnement des services

les actions de la ville en faveur de sa politique de développement durable sont nombreuses
A terme, amélioration du cadre de vie, économie de chauffage et d’électricité, diminution de la consommation d’eau, réduction de papier sont autant de bénéfices. 

 

1 – La salle Félicien Joly

Réalisée en H.Q.E., ses dépenses énergétiques diminuent grâce à un choix raisonné de matériaux.
Les panneaux photovoltaïques permettent la revente d’électricité. 

 

2 – Rénovation de l’éclairage public

Le réseau des lampadaires de certaines rues a bien vieilli. Il consommait beaucoup, petit à petit, il est modernisé. Les améliorations sont importantes : fortes économies d’énergie, beauté de l’éclairage, souplesse d’utilisation.

Pour tous ces aménagements, la Ville a recherché activement et obtenu des subventions auprès de l’Agence de l’Eau, de la Région, de l’Etat, de madame 
Marie-Christine Blandin, sénatrice du Nord et de monsieur Bernard Frimat, ancien sénateur du Nord.

3 – J’aime ma ville au sens propre

La ville a investi dans des dispositifs de ramassage de déjection canine tout en regrettant amèrement que tous les propriétaires de chiens ne jouent pas le jeu. 
Il s’agit d’un geste civique et de respect envers tous les Aulnésiens. Un distributeur supplémentaire sera prochainement installé au quartier de la Bergère.

 

 

La ville et la société de chasse : une action écologique d’utilité commune

En partenariat avec la société de chasse aulnésienne présidée par Daniel Dubois, la ville a réalisé des plantations afin de boiser les talus de la rue de Préseau.

Pour cela un dossier de subvention a été adressé au conseil Général. Comme tient à le faire remarquer Ahmed Rahem, adjoint au cadre de vie « cette action qui a consisté en la plantation d’une cinquante d’arbres (charmes, chênes, érables) et  de 1 800 végétaux d’essence régionale vise à plusieurs objectifs : elle permettra de préserver la biodiversité (faune et flore) mais également le petit gibier qui tend à disparaître ».

Outre l’aspect esthétique qui ne pourra que plaire aux nombreux usagers de ces chemins campagnards, ces plantations vont également permettre de réduire l’érosion des sols et d’éviter les coulées de boues.

Diminuer l’impact de l’administration communale sur l’environnement et montrer l’exemple, c’est l’un des objectifs du Maire, Laurent Depagne. 
Cet engagement se concrétise par le fonctionnement interne des services qui a évolué vers un système dématérialisé de transmission, le recyclage du papier des services par une association à vocation sociale et l’achat d’un véhicule à l’éthanol pour les services techniques municipaux.

La liste des actions mises en place  depuis 2005 pourrait être encore longue à égrener.

Citons par exemple :

- La mise en place dès 2005 des bacs à réserve d’eau pour les suspensions et jardinières, ce qui évite aux ouvriers municipaux d’arroser tous les soirs d’été.

- Les thématiques traitées dans les centres de loisirs et les écoles aulnésiennes sur l’eau, la Rhônelle, la station d’épuration.

Le partenariat avec le SIAV (Syndicat Intercommunal d’Assainissement de Valenciennes) pour la requalification de la station d’épuration qui, avec son rideau végétal, s’intègre parfaitement dans l’environnement.

Contacter la commune

Plusieurs moyens pour contacter la commune

Par téléphone

03.27.33.56.66

Par fax

03.27.28.90.27

Horaires d'ouverture

  • Lundi au Vendredi : de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
  • Samedi (Uniquement état-civil et élections) : de 8h à 12h

Se rendre en mairie

Hôtel de Ville, 35 rue Henri TURLET
59300 Aulnoy-lez-Valenciennes

Ecrire à la commune